Publié dans Novembre

Et maintenant…

Celles et ceux qui me font l’amitié de me suivre ici depuis si longtemps connaissent l’origine des enquêtes de Phil Mazelot. Les années 30, le populisme, les ligues, la montée des fascismes et au bout…

Amateur éclairé de ces années, j’y trouve chaque jour tant de similitudes avec cette époque! Ne sachant m’exprimer qu’en mode guignol, je me brûle parfois aux degrés extrêmes de certaines incompréhensions, mais je ne conçois pas d’écrire sans sourire.

Les derniers événements ont réveillé notre fibre patriotique. Quelle émotion d’entendre ces « Marseillaise » avec tous ces accents étrangers ou bien encore cette « Vie en Rose » madonnisée à merveille !

La Parisienne. Plus souvent de Carcassonne, de Lille ou de Montbéliard, cette femme élégante qui n’a pas froid aux yeux pour te dire : « J’t’emmerde! »

french-singer-edit-piaf-relaxes-7237-diaporama

Cette femme de caractère, engagée, Française jusqu’au bout des ongles qui sait se relever de tous les combats.

jb_guerre7w

Comment ne pas penser à elle, aussi ?

Après les attentats de Charlie, la vie avait repris bien vite son cours. Après l’effroi, l’émoi des réseaux sociaux avait conduit au grand rassemblement mondial et, la semaine d’après, chacun était reparti sur son chemin. Tout cela était derrière et puis, il fallait bien continuer.

Vendredi dernier, personne n’a failli, mais que cette piqûre de rappel est douloureuse et révoltante. Dans cette période de véritable guérilla barbare, nous avons l’obligation de nous soucier de l’autre autant que de soi-même.

Partout, nous lisons qu’il faut « reprendre la vie normale ».

N’aurions-nous rien compris une énième fois ? Il faut réapprendre à vivre normalement, mais différemment aussi. Le temps qui s’ouvre devant nous est bien plus long qu’un clic de pouce sur les réseaux sociaux ou un changement de profil patriotique de quelques heures. Plus que jamais, il exige de prendre soin de la sécurité des autres pour respecter et sauver sa propre existence.

Si cette attention particulière à « la vraie vie » n’empêche pas les crimes barbares, elle ne pourra pas nous rendre plus con qu’aujourd’hui derrière nos ordinateurs.

Après le Deuil national, je reviendrai vous parler de mes bêtises « à l’ancienne ». Je ne sais faire que cela, mais comme j’écris en pensant à vous, c’est déjà beaucoup !

En ces temps sombres qui poussent à la réflexion, comment pourrais-je l’oublier? Je vous claque la bise, bien entendu, et sur chaque joue 😉

Publicités

Auteur :

Auteur chez les Editions du 38 et Hugo Roman. Je vous accueille avec grand plaisir !

2 commentaires sur « Et maintenant… »

  1. Merci Thibaut pour ces mots qui font un bien fou et cette chanson de Bécaud que j’adore (la chanson, Bécaud moins) ! En pro que tu es, tu mets le doigt juste où ça fait mal…

Les commentaires sont fermés.