Publié dans Février 16, Les Enquêtes de Phil Mazelot

Cela va toujours mieux en le disant…

Hier, pour les besoins d’une prochaine interview, j’ai été amené à relire, revoir, réécouter ( quel luxe ! ) tout ce qui avait été émis autour de ma modeste production.

Je me suis alors rendu compte que je n’avais jamais pris le temps de vous parler de Mazelot. Je l’évoque souvent, mais au fond je n’entre jamais dans les détails. Certes, je vous annonce les couvertures avec le résumé de la quatrième, je vous informe des promotions… Et après ?

En 2016, où trouve-t-on encore de la place suffisante pour s’expliquer sans temps compté ou impératif de mise sous presse? Le blog, bien entendu !

L’idée de Phil Mazelot m’est venue en 2013. Pour vous mettre dans l’ambiance, voici quelques chiffres des années 30 en France :

  • Inflation de 1.1 % en 1930 puis déflation de 3.9 % en 1933 et inflation de 26 % en 1937
  • Dette publique de 90% du PIB en 1930 et de 200% en 1934
  • Chômage de 14.5 % en 1935

Un pouvoir politique qui en est réduit à regarder passer les trains entre deux scandales, dans une ambiance antisémite de plus en plus abjecte, les Cabinets succédant aux Cabinets, le Front Populaire en ligne de mire dans une France insouciante qui voit apparaître les prémices de l’ère consumériste qui est toujours d’actualité.

Intéressé depuis mon plus jeune âge par la Seconde Guerre Mondiale, je me suis toujours demandé quelle force intérieure pouvait commander à un homme, à une femme, de dire « non! » et de s’opposer, très tôt et viscéralement, à l’inéluctable, dans un élan patriotique totalement incompréhensible pour les autres.

Trois ans plus tard, je ne pensais pas que ma petite idée puisse se traduire dans une aussi douloureuse réalité que nous côtoyons chaque jour dans certains discours et de nombreux reportages. Certes, j’aurais pu faire un travail d’historien ou d’économiste amateur et montrer les nombreuses comparaisons possibles entre les années 30 et aujourd’hui.

A quoi bon ? Je n’ai pas la prétention d’avoir ce talent.

Par contre, j’aime la vie et je sais écrire. Enfin, je crois ! L’occasion était belle de créer ce personnage de Phil Mazelot, doux rêveur dans le Paname des cabarets où tout est artistiquement possible et, paradoxalement, patriote d’une lucidité  terrifiante sur les sombres années à venir.

L’idée d’une série musicale avec ce personnage central bicéphale était née.

Encore devait-elle me faire plaisir, car je savais que j’entrais dans une aventure qui durerait plusieurs années !

Aussi l’ai-je souhaité gouailleur et terriblement gourmand de la vie, ce Phil Mazelot. Un homme à femmes qui n’hésite jamais devant une bonne bouteille ou un resto, mais qui revient dans l’action dès que la Patrie est en danger.

Voici donc, en paroles et en musique, l’histoire pas vraie de Phil Mazelot. Démarrée en 2013, avec une exploitation chaotique, cette série a eu la chance de faire une heureuse rencontre en 2015 avec les Editions du 38 et le travail éditorial d’Anita Berchenko.

Et comme chaque épisode est indépendant au plan de l’enquête, même s’il s’inscrit dans une chronologie qui nous mènera à la création de l’un des tout premiers groupes de Résistance, je profite de la promotion de ce mois de février pour vous inviter à le découvrir sur toutes les plates-formes de téléchargement :

Screenshot 2016-02-16 at 13.01.21

Pour les impatient(e)s, la troisième enquête arrive bientôt !

Je vous en parle dans quelques jours. J’aurai alors l’occasion de vous claquer la bise une fois de plus 😉

Publicités

Auteur :

Auteur chez les Editions du 38 et Hugo Roman. Je vous accueille avec grand plaisir !