Publié dans Les plumes 50 de m zelle Aspho

Les plumes 50 de M’zelle Aspho

logo-plumes-aspho-4-c3a8me-tirc3a9-du-tumblr-vanishingintoclouds

Quel plaisir de participer à nouveau au concours des Plumes d’Asphodèle ! Ce mois-ci, le thème :

C E L E B R I T E

Et une liste de mots :

Les Plumes 50 d'Asphodèle

Et débrouille toi, mon grand ! Il faut vous dire que j’adore le truc en Plumes de M’zelle Aspho.

Un samedi par mois, je l’attends avec impatience et cette fois-ci pour la fausse 50ème, quelle chance ! ( eh oui ! Grande lectrice devant l’éternel, à force de tourner les feuilles, elle ne sait plus trop où nous en sommes des anniversaires. Comme quoi, strictement entre nous, l’effeuillage est une discipline qui laisse des traces 😉

On va parler de cinéma en 175 mots cette fois.

Audition

 

Au cinéma pour faire bonne fortune

Sans aucune vedette ni fanfreluche

Avec un vieux chanteur ou une greluche

Tout n’est pas seulement question de pécunes

**

Ainsi un film au budget sans prétention

Sans que pour autant l’étoile démérite

S’oubliera telle une météorite

Ou fera toute votre réputation

**

Barricadé dans la chaleur de ses quatr’murs

Votre papa ravi de vous avoir revue

Un paparazzi plus loin déjà à l’affût

Tout se fragilise dans ce milieu si dur

**

Ici le saumon est moins fumé que les divas

Sous le halo coi rêvé des gros projecteurs

Dans un local lumineux et dans la sueur

Se gagne l’affiche à la une de Gala

**

Avez-vous toujours ce talent de cavalière ?

En plus le cuistot asiat’ est un pote à moi

Comme il dit : « Quant aux nems on ne compte pas »

Et la bière coulera en Red Butler !

**

Je sais que je dispose d’un titre extra

Et d’une promo-réclame dans l’air du temps :

« Autant en emporte le van » 

C’est l’histoire d’une starlette au haras…

Autant_en_emporte_le_van

 Non, non. Même pas honte.

 Je vous souhaite une bonne journée et je vous claque la bise du week-end 😉

Publicités

Auteur :

Auteur chez les Editions du 38 et Hugo Roman. Je vous accueille avec grand plaisir !

35 commentaires sur « Les plumes 50 de M’zelle Aspho »

  1. Que de jeux de maux ! Bravo ! J’aime bien le saumon et la diva.
    Pour compter les anniversaires, ben oui, Mam zelle Aspho elle commence à oublier à force…50 ans de plumes c’est pas rien… 😀 😀
    Ha bon tu savais pour son boa ?? il est rose fluo…ça lui donne un style… 😀 😀

  2. Hi hi ! Il est super ton poème ! Excellente idée ce making off d’Autant en emporte le vent revu et corrigé ! J’ai ri moi aussi, tu n’as pas à en avoir honte mais en revanche, parler d’effeuillage en ce qui me concerne, tu devrais avoir peur (des représailles) 😀 Bises qui claquent au vent, comme tu les aimes !

    1. Ah ! Je me disais aussi que j’avais dû oublier un truc. En plus d’être une pro de l’effeuillage livresque, n’aurais-tu pas été aussi meneuse de revues ? En hebdomadaire, hein ? Cela change du mensuel des plumes. J’arrête de t’embêter et je viens te rendre visite pour te biser in situ ma chère Asphodèle 🙂

      1. Mais Thiébault tu sais très bien que je l’ai été ! Dans les années 20 ! Nous nous croisions souvent à cette époque, tu faisais travailler une bande de filles que je faisais rentrer dans mon cabaret par l’entrée des artistes ! Pfff ! Tu vieillis, tu vieillis !!! 😆 Tu viens me biser in situ ? Attention je pique maintenant !!! 😀 Mouhaha !

  3. Tu as dû faire bicher Valentyne, la « Starlette au haras » …
    Moi, tu m’as éclatée… 😉
    ¸¸.•¨• ☆

  4. Mon écrivain préféré a montré encore fois de quoi il était capable ! Faire ressusciter le beau Red dans un pack de bière m’a paru néanmoins, comme l’aurait dit Berthe au grand nez 😀 , sacrilège. Qu’est-ce que je l’aimais celui-là ! Pas le nez, l’aventurier… en plus sous les traits de Clark Gable. Et l’autre imbécile de lui préférer son mièvre de cousin…je crois, non, je ne relirai pas le roman, tant pis si je me trompe !
    Bien joué Callaghan ! 😀
    Bises béarnaises, plus légères que la sauce éponyme ! 😀

  5. Très joli poème, avec en prime ce superbe film qui restera dans les annales du cinéma comme étant son fleuron inaltérable.

  6. On que ça fait du bien un rayon de soleil dans la morosité ambiante. Il sort quand en salle le film de Starlette au Haras ? C’est du divin nectar parfumé au saumon certes, mais on s’en fiche on en redemande 😉

  7. Un p’tit texte tout en rimes…et en sourires…
    On ne peut qu’aimer…
    et quand on nem…
    on ne compte pas…
    mais on conte ! 🙂

    Amitiés littéraires…et cinématographiques.

Les commentaires sont fermés.